Perles antiques en verre mosaïqué

•23 septembre 2019 • Laisser un commentaire

perles en verre  mosaïqué

Les perles en verre mosaïqué des périodes hellénistique et romaine (300 av. J.-C 400 apr. J.-C) sont réalisées selon une technique qui remonte aux premiers jours de la verrerie. Les documents  archéologiques situent l’invention du verre mosaïqué en Asie occidental. La mosaïqué de verre réapparaît en Égypte à Alexandrie et en Syrie après le IVème siècle av. J.-C. Seulement et décline après le 1er siècle  apr. J.-C. Cette technique connaîtra  cependant une dernière renaissance à Venise,  vers 1500. Les perles façonnée avec art en verre mosaïqué, appelées  aussi Millefiori (《 mille fleurs 》) , sont le produit d’une grande maîtrise  technique. La finesse du dessin est obtenue en plaçant le faisceau des bâtonnets  de verre coloré de telle sorte qu’il apparaisse en section. Le verre est ensuite réchauffé  et étiré, et les bâtonnets se soudent entre eux. Le dessin est ainsi miniaturisé tout en restant inchangé en coupe. Perle en verre mosaïqué  d’une rare complexité où l’on reconnaît l’habileté de verrières Alexandrins.  

LOIS SHERR DUBIN.

 

Belle perle en verre mosaïqué, Perle antique

Perle Vénitienne, Perle Vénusté d’Afrique

Perles à chevrons

•5 octobre 2018 • Laisser un commentaire

 

Perles à chevrons

 

La perle à chevrons, inventée vers 1500 par les Vénitiens, qui en produisent encore de nos jours,

est probablement celle qui a connu le plus de succès. Les Néerlandais en ont fabriqué

également. Pendant presque cinq siècles, des millions de perles, et dans des centaines

de variétés, sont sortis des ateliers.

Les chevrons sont réalisés par un procédé d’étirage : formation par soufflage d’une masse

vitreuse d’une ou de plusieurs couches dans un moule coniques à cotés ondulés, produisant

des points sur la face extérieure. Cette masse plissée est ensuite enrobée de couches

supplémentaires de nuances diverses qui peuvent être moulées à leur tour pour former

d’autres couches à pointes. On peut finalement décorer la surface de stries Encore visqueuse,

cette masse creuse à multicouches est rapidement étirée en une baguette d’au moins,

1,80 mètre, refroidie puis découpée en perles. C’est fragments sont souvent recuits

ou meulés pour le parachèvements de nouvelles formes.

perles à Chevrons, Perles d’Afrique anciennes

 

Les premières manufactures européennes de perles de verre et les plus célèbres se trouvent

alors à Venise, aux Pays Bas, en Bohême et en Moravie. Bien que l’Italie, la France, la Suisse

, l’Espagne, la Belgique, la Grande Bretagne, l’Allemagne et la Baltique possèdent leurs

propres fabriques, les verriers vénitiens dominent le marché mondiale jusqu’au

XX ème siècle, tant par la quantité que par la qualité et la diversité de leur production

En Afrique, plus peut-être qu’en toute autre partie du monde, l’histoire des perles reflète la multiplicité et la diversité des modes de

vie qui s’y sont développés. Trois facteurs ont joué un rôle déterminant dans la fabrication des perles : l’environnement politique et social, la disponibilité et la distribution des matières premières et,

depuis quatorze  siècles

le contact avec les cultures et les techniques des mondes islamique et européen

.Dans toutes les sociétés africaines, les perles font partie intégrante d’un système De communication aux implantations multiples. La parure, surtout si elle est composée de perles,

véhicule toutes sortes de valeurs culturelles, en un langage symbolique  exprimant rang, religion,

politique, goûts  artistiques Depuis les populations de chasseurs collecteurs du sud du désert

de Kalahari  jusqu’aux villageois aisé du Nigeria et de Ghana, les perles sont au centre

de la vie de tous les africains et constituent,  plus que partout ailleurs, le reflet d’un héritage culturel.

Les perles Bodom

•5 décembre 2016 • Laisser un commentaire

​Perles  Bodom      PERLES BODOM DU GHANA

Les Bodom, dont l’âge et les motifs marquent l’ancienneté , sont actuellement précisément gardés  au Ghana et sont censés posséder des pouvoirs magiques et médicaux.  Tous les Bodom sont à  dominante jaune et à noyau noir ou gris foncé. Certains signes visibles d’usage, tél que l’érosion et l’éclatement de la surface extérieure, laissant voir un noyau interne foncé  augmentent considérablement leur valeur. La date de l’arrivée des techniques de la poudre de verre en Afrique et, par suite, de l’apparition  de Bodom, reste incertaine’ bien que l’on pense qu’ils ont pu apparaître au cœurs du XXIème siècle.

Apogée et où des cités telles que Djenné et Tombouctou étaient  des centres importants d’études et de on ne sait si les perles furent importées ou fabriquées à Djenné. Perles biconiques typiques. 

LOIS SHERR DUBIN

Photos Vénusté d’Afrique

Les Perles Bodom du Ghana